Il n’y a pas de quoi en faire une icône, de la photo

initialement paru dans La Revue Paradoxes, Rǝvuǝ shanghaïǝnnǝ de philosophiǝ, cet article est une critique - iconoclaste s'il en est - de l'idée selon laquelle les images photographiques sont des icônes au sens de Peirce. Alors que la déjà longue histoire de la photographie est sur le point de s'achever du fait de la mutation que le numérique … Lire la suite de Il n’y a pas de quoi en faire une icône, de la photo

Publicités

Ouverture close / clôture ouverte

La réception des images photographiques est constitutivement soumise à des paradoxes. Et pour commencer à des paradoxes spatio-temporels. Les images appartiennent à la fois au présent de leur réception, renvoient à un ça-a-été antérieur à ce présent de la réception et s'inscrivent dans une durée indéfinie (celle du support physique de l'image) au cours de … Lire la suite de Ouverture close / clôture ouverte

Pour en finir avec la sémiologie (3)

Non, les images photographiques ne sont pas des indices. Il est très courant d’affirmer que les photographies ne sont pas seulement des représentations de la réalité extérieure, des icones donc, mais qu’elles sont aussi et même d’abord des indices, au sens où l’entend Peirce. Selon lui en effet, un indice est un signe qui renvoie … Lire la suite de Pour en finir avec la sémiologie (3)